MURS ENTERRÉS

Cette note se limite aux petites et moyennes constructions comprenant des locaux entièrement ou partiellement enterrés (caves, locaux d’habitation ou de travail) à une faible profondeur (jusqu’à environ 3 m sous le niveau du sol). Elle ne s’applique donc pas aux tunnels, stations de métro, immeubles élevés avec caves ou parkings répartis sur différents niveaux souterrains, etc.

La pénétration d’eau ou d’humidité dans une construction partiellement ou totalement enterrée peut avoir différentes conséquences, telles que:

  • Des dégâts à la finition intérieure (enduit, peinture,…): décoloration, décollement du support, …
  • La corrosion d’éléments métalliques,
  • Des flaques d’eau et de la boue,
  • La formation de moisissures ou la détérioration des matériaux stockés dans les locaux.

Dans les murs enterrés, trois types d’humidité possibles:

  • Condensation (adapter la ventilation aux locaux)
  • Humidité ascensionnelle (voir section B100)
  • Capillarité ou eau sous pression (cette section)

Les matériaux constituant les parois enterrées influencent considérablement les risques d’infiltration.
Suivant les cas, la quantité d’eau absorbée ou s’infiltrant par la paroi peut varier dans des proportions considérables:

  • Le béton est relativement imperméable; les risques sont donc assez faibles à l’exception des jonctions murs et sols;
  • Les briques creuses sont beaucoup plus perméables. Il faut donc tenir compte de leur absorption capillaire relativement élevée et des éventuelles réactions chimiques (efflorescences de sels hygroscopiques);
  • Les maçonneries en blocs de béton sont très perméables et doivent donc faire l’objet de mesures adéquates;
  • Pour les murs composés de briques et de blocs, le joint reste un élément faible:
    • Degré d’absorption d’eau élevé
    • Microfissures de retrait
  • Autre cause fréquente des passages d’eau; liaison entre le sol et les murs.

image1image2image3

Introduction

Quand on doit intervenir après construction, pour lutter contre les problèmes d’infiltrations d’eau, le problème des sous-sols est leur accessibilité de l’extérieur. Or, il est logique de traiter l’étanchéité par l’extérieur en empêchant l’eau de rentrer par les murs. Voir D.T.U. 20.1 et 4301. Enlever les terres est un sérieux travail qui peut détériorer un jardin, voire être impossible dans certaines configurations urbaines. Cependant si cela est possible, il est préférable de s’orienter vers ce genre d'’intervention afin de corriger les défauts du système de protection initial. On résoudra ainsi le problème à la base.

La meilleure solution consiste en la réalisation d’une étanchéité extérieure des murs, couplée à un système de drainage. Dans le cas où il n’est pas possible de réaliser une étanchéité + drainage extérieurs, et ce pour diverses raisons (impossibilité d’accès, etc), il est envisageable après un examen très approfondi du chantier, de réaliser un traitement des murs enterrés par l’intérieur, avec des précautions au niveau de l’évacuation de l’eau sous pression, et adapté au cas par cas.

Agir par l’intérieur part du principe de cuvelage, c’est-à-dire disposer côté intérieur une étanchéité empêchant l’eau de ressortir du mur. L’étanchéité peut être réalisée à l’aide d’enduits à base de résines synthétiques (époxydes) et/ou de ciment.

Il est également possible de réaliser une injection en masse (en profondeur et sur toute la hauteur enterrée du mur) dans le mur avec un hydrofuge adapté, ayant pour but d’assurer une non mouillabilité du mur. Cette intervention arrête l’eau qui migre par capillarité, mais pas l’eau sous pression.

Il est envisageable d’avoir recours aux 2 systèmes en même temps, à savoir une injection de masse + une étanchéité intérieure.

L’application de tels produits nécessite cependant quelques précautions quant aux joints, fissures et à la propreté du mur. Les joints doivent être complètement remplis. Les joints détachés doivent être dégagés et refaits. Les fissures doivent être agrandies, nettoyées et remplies avec du mortier étanche. Le mur doit être exempt de toutes taches, efflorescences, champignons, moisissures, et tout ce qui pourrait empêcher la bonne adhérence du produit. Le mur doit être suffisamment cohésif.

image4Dans le cas d’infiltrations importantes, ou accumulation importante d’eau derrière le mur, on doit obligatoirement recueillir cette eau, la diriger vers un joint bas et l’évacuer. Eventuellement percer le mur dans la zone basse concernée et placer un caniveau au pied des murs.

On doit procéder au placement d’une pompe en veilleuse évacuant les eaux récoltées par des rigoles disposées au pied des murs.

Nous nous contenterons dans ce petit dossier d’aborder uniquement le traitement des murs enterrés par l’intérieur.

Traitement des murs enterrés par l’intérieur – cave – citerne

Locaux entièrement enterrés

Nous insistons sur le fait, qu’avant de se lancer dans de tels traitements, il est obligatoire de réaliser une étude approfondie du chantier.

Deux possibilités:

  • Murs enterrés sans passages d’eau même après une période pluvieuse.
    • Pas de flaques au niveau du sol.
    • Pas d’accumulation d’eau derrière les murs.

Nous sommes donc dans le cas, d’une migration d’eau par capillarité latérale provoquée par le contact des terres humides. Une intervention de mise hors pression derrière les murs n’est pas indispensable.

  • Murs enterrés humides avec passages d’eau.
    • Accumulation d’eau derrière les murs plus ou moins importante en fonction du niveau de la nappe phréatique.

La mise hors pression est obligatoire!

image5PRÉPARATION DU SUPPORT ET DÉCAPAGE DES ANCIENS ENDUITS ET ANCIENNES PEINTURES

Il est nécessaire de procéder au décapage du support de manière à pouvoir assurer une bonne adhérence de la «barbotine» d’étanchéité, et également afin de pouvoir traiter les sels hygroscopiques.

Il est déconseillé d’appliquer la nouvelle «barbotine» d’étanchéité sur un ancien enduit (peinture, cimentage, etc), car si ce dernier n’adhère pas parfaitement au mur, et si un décollement se produit, il va inévitablement entraîner la nouvelle «barbotine» d’étanchéité.

image6RÉFECTION DES JOINTS
Les joints poussiéreux, farineux devront être remplacés par de nouveaux joints, et ce afin de permettre également une bonne accroche de la «barbotine» d’étanchéité.

Dans le cas de la réalisation d’un cuvelage hydraulique (B302 TECHNICRETE E et B303 TECHNICRETE M), la réfection des joints n’est pas toujours nécessaire.

image7(voir section B200) traitement de conversion des sels hygroscopiques. Les sels hygroscopiques (nitrates, chlorures, sulfates, salpêtre…) présents dans les matériaux de construction et dans le sol peuvent migrer dans les murs humides et dans les enduits. Leur influence, sur les maçonneries et les enduits est non négligeable. Ils peuvent exercer une poussée très importante sur les enduits ou badigeons; leur cristalisation engendre généralement un décollement des revêtements ayant été appliqués sur des maçonneries humides.

Deux possibiltés:

1) Une saturation complète des zones de sels par injection et/ou pulvérisation d’un convertisseur de sels hygroscopiques permet d’annuler leurs effets hygroscopiques, et d’empêcher ainsi le phénomène de cristalisation et de décollement des enduits.

La pulvérisation d’un convertisseur de sels est dans tous les cas obligatoire, elle s’effectue par pulvérisation en deux couches espacées de +/- 24 h, de manière à saturer le support (consommation = +/- 1 l/m2).

L’injection en masse, quand à elle, est plutôt prescrite en cas de concentration en sels importante.

Diamètre des trous: 12 à 14 mm
Profondeur des forages: 2/3 à 3/4 de l’épaisseur des murs
Quantité injectée: 1.5 à 2.5 l/ par m2 par 10 cm d’épaisseur (= 15 à 25 l/m2)
Espace des trous: 15 cm

Les languettes MERCKOQUANT vous permettent une analyse rapide de ces sels, en vous renseignant leur concentration et leur nature

PRODUIT = B202 TECHNICURE CS

2) Une application à la brosse de 2 couches de +/- 450 gr/m² (pour les 2 couches) d’une résine époxy bi-composants assure la création d’une barrière physique anti-salpêtre.
Application de la première couche de B201 TECHNICURE AS (diluée avec 10% d’eau). Ensuite laissé sécher 24 heures, avant l’application de la seconde couche de TECHNICURE AS (non diluée).
Dans cette seconde couche encore collante, application de l’enduit hydrofuge à base de ciment B302 TECHNICRETE E (eau de gâchage par sac de 25 kg : 0,75 l D202 TECHNIPACT H + 2,25 l d’eau).
Cette application permet de fixer physiquement les sels et empêcher ainsi leur migration vers la surface des murs et dans les nouveaux enduits.

PRODUIT = B201 TECHNICURE AS

image8INJECTION EN MASSE D’UN HYDROFUGE 

Cette étape n’est pas obligatoire, mais si vous désirez assurer une non mouillabilité du mur et bloquer toute infiltration d’eau par capillarité, vous pouvez effectuer une injection de masse d’un hydrofuge adapté. L’hydrofuge va rendre les capillaires composant votre maçonnerie hydrophobes c’est-àdire répulsifs à l’eau.
Cette étape ne garantit pas un assèchement complet du mur, mais permet de diminuer d’une façon importante la teneur en eau du mur. En effet si votre mur est composé de crevasses importantes, l’eau sous pression pourra toujours s’infiltrer dans ce dernier et passer au travers.

Si vous avez déjà réalisé dans votre mur une injection d’un convertisseur de sels, il suffit à ce moment-là de réinjecter dans les mêmes trous l’hydrofuge de masse. Si par contre vous n’avez pas réalisé d’injection d’un convertisseur de sels, procéder de la façon suivante:

Diamètre des trous: 12 à 14 mm
Profondeur des forages: 2/3 à 3/4 de l’épaisseur des murs
Quantité injecteé: 1.5 à 2.5 l/ par m2 par 10 cm d’épaisseur (= 15 à 25 l/m2)
Espace des trous: 15 cm

PRODUIT = B101 TECHNISIL MS ou B105 TECHNISIL MS ECO

image9RÉALISATION D’UN SOLIN

Les angles composés par le mur enterré, le sol, et les murs de refend sont les zones les plus sujettes à des infiltrations d’eau.
Pour éviter les infiltrations éventuelles, il est nécessaire d’effectuer avec un mortier sans retrait, des solins.
PRODUIT = B304 SPERRMORTEL

FINITION

Une fois la maçonnerie décapée, les joints réparés, les sels hygroscopiques

neutralisés, les solins appliqués, et éventuellement l’injection

de l’hydrofuge effectuée, la dernière étape est la finition.

Il y a trois types de finitions possibles:

  • Barbotine de ciment: B303 TECHNICRETE M; il s’agit d’un mélange de quartz, ciment modifié et additif en poudre (en sac), permettant de réaliser une barbotine de quelques mm d’épaisseur. L’application se fait à la brosse en deux couches. Permet de réaliser un système résistant à la pression positive (en cas de pression négative importante utiliser plutôt le B303 TECHNICRETE E), en faible épaisseur. Dans le cas de l’application de ce système, la maçonnerie et surtout les joints doivent être en bon état (rejointoyer avant si nécessaire).
  • Barbotine de résine époxydique: B301 TECHNIPOX E; il s’agit d’une résine époxydique bi-composant à l’eau, permettant de réaliser une barbotine de quelques mm d’épaisseur. L’application se fait à la brosse en deux couches (la 2e couche sur la première encore collante). Permet de réaliser un système résistant à la pression positive (en cas de pression négative importante utiliser plutôt le B302 TECHNICRETE E), en faible épaisseur. Dans le cas de l’application de ce système, la maçonnerie et surtout les joints doivent être en bon état (rejointoyer avant si nécessaire). Il s’agit d’un système alimentaire, pouvant être utilisé pour la protection des stations d’épuration, bassin d’orage, citerne, stockage d’eau.

image10image11image12

image16

SUPPLÉMENTAIRE DANS CERTAINS CAS

1. Evacuation de l’eau sous pression:
Il faut toujours éviter la formation d’une colonne d’eau importante derrière un mur enterré. Il faut donc prévoir une évacuation de cette dernière, par la réalisation à la base du mur d’une série de trous amenant l’eau dans un caniveau.

Ensuite diriger cette eau vers un point bas dans lequel vous disposez
une pompe, ou via une évacuation d’égout, chambre de visite, etc.

2. Désinfection des supports:
Dans le cas de présence de moisissures, de champignons sur le mur, il faut éventuellement prévoir une désinfection du support par pulvérisation d’un agent d’assainissement.
Il est également possible d’être face à un problème de développement de champignons à l’intérieur du mur.
Pour régler ce problème il vous suffit de procéder à une injection de masse de ce même agent d’assainissement.

PRODUIT = C101 TECHNICIDE +

3. Suintement d’eau:
Dans le cas où vous êtes en présence d’un suintement d’eau (jet d’eau, percolation, etc.) à la surface du mur enterré, qui doit faire l’objet d’un traitement, il y a lieu avant toute préparation du support de veiller à mettre en place un système pour l’évacuation de cette eau présente derrière le mur (procéder au placement d’une pompe en veilleuse évacuant les eaux récoltées par des rigoles disposées au pied des murs).

Une fois le support décapé, les joints réfectionnés, avant toute autre opération, il faut obturer les trous par lesquels a lieu le suintement, et ce à l’aide d’un obturateur catalytique à prise rapide en base de ciment.

image15

PRODUIT = B305 POUDRE X

4. Ventilation des locaux:
La ventilation des locaux est dans tous les cas primordiale, et d’autant plus importante dans des locaux en partie ou partiellement enterrés.
Un mur non enterré, et avec un enduit traditionnel (plâtre ou ciment) permet une bonne respiration du mur et permet une certaine «absorption» de l’humidité ambiante, ce qui ralentit la formation de moisissures en surface.
Dans le cas d’un mur enterré sur lequel (après un traitement de surface) on a appliqué un cuvelage qui par définition est filmogène, il n’y a plus de respiration du mur, et plus d’absorption possible par le mur de l’humidité ambiante.
Ce qui génère immédiatement l’apparition en surface de moisissures.

5. Traitement des murs de refend en contact avec le mur enterré:
Dans le cas où vous êtes en présence de mur de refend en contact avec le mur enterré (faisant l’objet d’un traitement), il vous est conseillé de procéder à une injection verticale sur toute la hauteur de ce mur, afin d’éviter un passage d’eau (essentiellement par capillarité) entre le mur enterré et ce mur intérieur.

PRODUIT = B101 TECHNISIL MS

tableau1 fr

Télécharger ce tableau

Produit fabriqué par TECHNICHEM S.A.
La fiche de données de sécurité est disponible sur demande pour les professionnels, sur le site Internet www.publichem.com

Tous les renseignements diffusés dans ce document le sont à titre de simple information, sans reconnaissance préjudiciable ni aucune garantie autre que celle pouvant découler de la vente de nos produits, dans les limites de nos conditions générales.
Les utilisateurs doivent toujours se référer aux dernières publications de nos fiches techniques, dont une copie peut être obtenue sur simple demande.

TECHNICHEM sa: ZI de Fleurus, rue Fontenelle, 25 - 6240 Farciennes - BE427.233.233 - RCC 145796
Téléphone : + 32 (0) 71 81 32 34 - Fax : + 32 (0) 71 81 02 47 - N° VERT 0800 95 540 - Email : info@technichem.be
Lundi au jeudi : de 08h à 12h et de 13h à 17h - Vendredi : de 08h à 12h et de 13h à 15h.